Les parapluies d’Erik Satie

KALFON Stéphanie

De sa naissance en 1866 √† sa mort en 1925, Erik Satie ne s’est jamais d√©parti d‚Äôune inconsolable tristesse. Un fardeau qui vient de son enfance¬†: sa petite soeur et sa m√®re meurent lorsqu’il a six ans. Le manque et la m√©lancolie l‚Äôhabitent d√©sormais. Moqu√© par ses camarades, humili√© par ses professeurs, il traverse l’adolescence sans conna√ģtre l‚Äôamiti√©, se replie sur lui-m√™me, rejette toute forme de syst√®me et, refusant de se plier aux r√®gles, est renvoy√© du Conservatoire. Il s‚Äôachemine alors vers la mis√®re la plus noire et la solitude la plus nue.¬†¬†¬†St√©phanie Kalfon propose dans ce premier roman une approche po√©tique et sensible de la vie d’Erik Satie, une approche de l‚Äôint√©rieur. Ce n‚Äôest pas une biographie¬†: par exemple elle √©carte d√©lib√©r√©ment les moments heureux qu‚Äôa connus le musicien ou les artistes qu‚Äôil a fr√©quent√©s (Cocteau, Picasso, Mallarm√©, Verlaine‚Ķ) et les dates sont rares. En revanche elle cite tr√®s largement ‚Äď en italique ‚Äď des √©crits d‚ÄôErik Satie, souvent √©tonnants dans leur violence, leur amertume, et leur humour aussi. La romanci√®re a elle-m√™me une belle √©criture originale, l√©g√®re et rythm√©e, qui se d√©ploie √† pas dans√©s et entre en r√©sonance¬†avec les compositions du pianiste inclassable. (P.H.et M.-C.A.)