Les enfants des cornacs

HØEG Peter

Peter, quatorze ans, et sa soeur Tilte, stratège exceptionnelle, sont les enfants du pasteur de Finø, île danoise. Lorsque les parents disparaissent, Peter prend l’affaire en main. Mais les autorités locales s’en mêlent et veulent enfermer les enfants, pour les mettre à l’abri, disent-elles ! Ils décident alors de partir à la recherche de leurs parents et, à un rythme diabolique, fuient en carrosse, en Mercedes volée, en yacht de milliardaire… Surgissent des policiers amoureux, un évêque en fureur et un Grand Synode à Copenhague…

 

Malgré un enchaînement un peu mécanique, l’auteur s’en donne à coeur joie, entre humour subversif et poussées de spiritualité. On oscille entre divers points de vue, du mysticisme à l’escroquerie. Le titre signifie en effet que les parents portent en eux quelque chose de grand et d’incontrôlable, un éléphant intérieur ! La course-poursuite est digne de La Petite Fille silencieuse (NB décembre 2007). Les aventures, les personnages, les noms sont amusants, iconoclastes, et Peter, qui raconte l’histoire familiale et sa propre expérience du bonheur, très attachant.