Les Dieux du tango

DE ROBERTIS Carolina

À Buenos Aires en 1913, Leda, jeune Italienne de dix-sept ans, débarque avec pour seul bagage le violon de son grand-père, afin d’y rejoindre Dante, son cousin, qu’elle a épousé par procuration. Mais Dante vient d’être tué lors d’une manifestation de jeunes anarchistes. Leda renonce cependant à regagner l’Italie et la vie cabossée qu’elle y a connue pour conquérir une liberté que lui interdit sa condition de femme. Alors, c’est sous un costume d’homme que Leda, devenue Dante à son tour, affrontera avec son violon le monde de la nuit et du tango…    Dans ce long roman, Carolina De Robertis (La montagne invisible, NB juin 2010) parcourt les époques et les lieux, de Buenos Aires à Montevideo, croisant les musiciens et les danseurs, les prostituées et les matrones au grand coeur. Elle nous plonge dans le monde violent et machiste des cabarets où l’on vit par et pour le tango. Sur fond de cette danse voluptueuse, l’intrigue assez ténue se tisse autour d’une femme avec ses secrets, ses amours saphiques sensuellement détaillées. L’héroïne masque sa féminité sous des vêtements masculins, tout en se découvrant elle-même. Ce roman à l ‘écriture fluide se lit aisément. (M.M. et A.Le.)