Les Chutes.

OATES Joyce Carol

¬ę Dans le bouillonnement des chutes :drame, oubli, renouveau ¬Ľ

Ariah √©tait damn√©e, elle l‚Äôavait toujours su, et la vie allait lui donner raison. Mari√©e puis veuve, m√®re exigeante, √† la fois vuln√©rable et opini√Ętre, elle demeure dans la ville qui l‚Äôa vue humili√©e par l‚Äôostracisme dont a √©t√© victime son mari. Occultant radicalement le pass√©, elle prive ses enfants de leur chagrin et de tout souvenir de leur p√®re, inaugurant ainsi les ravages de leurs vies futures. Devenus adultes, ses deux fils et sa fille r√®glent leurs comptes avec leur enfance, d√©couvrant une v√©rit√© qui lie leur histoire personnelle √† celle de leur cit√©.

 

Rythm√© par les eaux du Niagara et leur fascination morbide sur les protagonistes, le r√©cit s‚Äôamorce dans la lenteur de l‚Äôh√©b√©tude qui suit une disparition. Puis, au fil de la culpabilit√© et du fatalisme que v√©hicule son h√©ro√Įne, le d√©bit s‚Äôacc√©l√®re pour devenir tumultueux lorsque l‚Äôexpansion industrielle rime avec corruption, d√©chets, toxicit√© et victimes, comme si la vie ne valait rien. L‚Äôauteure retrouve avec talent le th√®me de la construction de l‚Äôindividu psychologiquement malmen√©, d√©j√† abord√© dans Je vous emm√®ne (NB d√©cembre 2004). De cette histoire rythm√©e par l‚Äôoubli, Joyce Carol Oates tire un livre intense, romantique et m√©lancolique, subtilement d√©rangeant.

M.C. et C.V.