Les aventures rocambolesques de l’oncle Migrelin

ELZBIETA

Le narrateur est tombé sur le journal de son oncle Migrelin, journal commencé lorsque celui-ci avait neuf ans et demi. Il le retranscrit avec fidélité, se concentrant sur une affaire des plus mystérieuses. Avec sa grand-mère, Migrelin est parti sur les traces d’animaux extraordinaires et fantastiques. Coupures de journaux, lettres, extraits de rapports de police, tout se mélange pour donner un éclairage sur cette sombre histoire : un dragon et un bébé étrange auraient été trouvés. Faits réels ou délires scientifiques, Migrelin et sa grand-mère mènent l’enquête et vont jusqu’à faire tomber un réseau de braconniers. L’objectif d’Elzbieta est clairement de repousser les limites du roman jeunesse. Elle présente un ensemble de documents très variés et essaie de les regrouper pour former une histoire cohérente. Néanmoins, cet excès de documents différents provoque un manque de cohésion et le récit est finalement sans queue ni tête. Les événements sont saugrenus et le réalisme voulu ne fonctionne pas. De plus, l’absence de dénouement laisse l’histoire en suspens et on se prend à penser : « tout ça pour ça ». Si l’intention d’Elzbieta est bonne, la mise en oeuvre, lourde, ne convainc pas. (L.-L.D. et E.-E.H.)