Les autres.

FERNEY Alice

À Meudon, dans une belle maison entourée d’un jardin d’autrefois vivent trois générations sous le même toit : la grand-mère, les parents, les deux fils, jeunes adultes. Tous les personnages se réunissent pour passer ensemble une soirée et fêter les vingt ans de Théo. Niels offre à son frère un jeu de société, « Personnages et Caractères », qui sera la cheville ouvrière de tout le roman. Le salon se transforme en scène de théâtre avec le lecteur comme public. Grâce aux questions du jeu, le lecteur assiste à une montée en puissance des drames passés (inceste, bâtardise, jalousie, tentative d’assassinat) et des drames présents (euthanasie, reconnaissance de paternité). La soirée se transforme en huis clos sur la vie, l’amour, la vieillesse, l’amitié, la mort, Les autres.

 

Ce sixième roman d’Alice Ferney a l’originalité des précédents. Servie par une écriture délicate et subtile, l’analyse psychologique des personnages est d’une grande profondeur. Mais le procédé qui consiste à revisiter la même scène sous un angle différent, chapitre après chapitre, demande au lecteur une attention soutenue et réduit quelque peu l’intérêt du roman.