Le voyageur et les oiseaux.

BROUILLARD Anne

& & &

Une grande gare : des voyageurs arrivent ou partent, se disent bonjour ou au revoir, sont en retard ou en avance, et s’installent √† la terrasse du caf√© en bout de quai. Parmi eux, un voyageur, tellement plong√© dans son journal qu’il ne voit pas les oiseaux s’attrouper et picorer dans la corbeille √† pain que lui a apport√©e le serveur. Il sort un stylo pour √©crire ou dessiner : les oiseaux reprennent leur man√®ge avec la deuxi√®me corbeille de pain.

Combien de temps Anne Brouillard est-elle rest√©e attabl√©e comme ce voyageur pour faire les croquis d’une gare et capter le va-et-vient des gens et des trains, des oiseaux aussi ? Pendant que le voyageur absorb√© ne voit rien, le lecteur, lui, observe tout dans cette succession de tableaux peints avec talent, qui restituent magnifiquement, avec des plans √©loign√©s ou rapproch√©s, le d√©cor et la vie d’une gare, sans que les mots soient n√©cessaires. √Ä regarder √† tout √Ęge.