Le tigre aux sourcils blancs

LEE JIN-SUK, BAIK DAE-SEOUNG

Quand le tigre remue ses sourcils blancs, il irradie une lumi√®re qui r√©v√®le la nature bestiale de ses interlocuteurs : l’un arbore une t√™te de sanglier, l’autre celle d’un renard ou d’une hy√®ne. Un jour, dans un village o√Ļ dansent des villageois grima√ßants aux visages verd√Ętres, il rencontre une petite fille qui soutient sans broncher son regard…¬†La sagesse c√©l√©br√©e dans ce conte cor√©en est un des aspects du tigre dans ce folklore, bri√®vement rappel√©s en conclusion. L’illustration s’inspire de l’estampe avec des montagnes en pains de sucre, des villageois coiff√©s de chapeaux noirs, un tigre aux yeux jaunes fascinants et aux moustaches sinueuses – tel un Baal en silhouette ouvrant une gueule √©norme pour engloutir les menteurs. L’image occupe la double page et presque toute sa hauteur, laissant une bande blanche au texte, simple et lisible. Saisissant, d√©paysant et universel.¬†