Le Pays.

DARRIEUSSECQ Marie

En pr√©parant son retour au Pays en compagnie de son mari Di√©go le Patagon et Tiot leur petit gar√ßon, elle a ses premi√®res naus√©es. C’est une fille, elle en est s√Ľre. Elle na√ģtra l√†-bas et se nommera √Čpiphanie. Avant de partir, elle va faire ses adieux √† son fr√®re adoptif devenu fou et hospitalis√©. Au Pays, qui ressemble au Pays Basque, ind√©pendant depuis peu, elle est accueillie en ¬ę vieille langue ¬Ľ qu’elle ne comprend plus. Elle revoit ses parents, √©voque sa grand-m√®re, retrouve d’√©tranges coutumes et fait de fr√©quentes visites √† la Maison des Morts. Au fur et √† mesure que sa grossesse avance, elle refait connaissance avec mer et montagne, retrouve sa culture et ses racines.¬†Dans un r√©cit √† deux voix teint√© d’humour tendre, alternant je et elle, pr√©sent et pass√©, Marie Darrieussecq souligne ce d√©doublement de la personnalit√© de l’√©crivain devant sa feuille blanche. Avec le talent d’√©criture qu’on lui conna√ģt, elle met en parall√®le le d√©veloppement intra ut√©rin du b√©b√© et son propre retour √† ses origines.¬†Un livre qui m√©rite l’attention n√©cessaire √† sa lecture et que l’on peut appr√©cier diversement.