Le paradis d’en bas ; 2

AUDREN

& &

Dans la maison familiale hĂ©ritĂ©e du grand-pĂšre, il se passe de drĂŽles de choses. Les lampes s’allument, des lettres d’amour apparaissent puis disparaissent, le rideau d’une piĂšce inoccupĂ©e bouge… Manon a mĂȘme cru voir le fantĂŽme de son grand-pĂšre Walter, revenu inopinĂ©ment d’Australie pour mourir juste aprĂšs s’ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ© Ă  sa descendance (Le paradis d’en bas, LJA novembre 2006). Qu’à cela ne tienne, LĂ©opold et ses cousins dĂ©cident d’en avoir le coeur net. Pour ce faire, ils rĂ©activent le CHD, alias Club des hĂ©ritiers dĂ©tectives fondĂ© dans le premier tome.

Sur fond d’hĂ©ritage et de tableau cachĂ©, on retrouve les protagonistes dans des situations bien croquĂ©es, et des aventures qui se lisent facilement. Pourtant, cette suite déçoit Ă  diffĂ©rents titres. Outre que le vrai mystĂšre – la personnalitĂ© du grand-pĂšre et sa vie australienne – reste non Ă©lucidĂ©, l’aĂŻeul est affublĂ© d’un jumeau sorti d’on ne sait oĂč, qui de surcroĂźt fut son rival malheureux en amour. La description du tableau familial en est d’autant plus Ă©cornĂ©e que les parents des cousins sont peu actifs, encombrĂ©s par cette maison, cadeau « empoisonné » dont ils ne savent que faire. Tout cela est vaguement frustrant.