Le Magicien ou l’Ultime voyage initiatique.

REZVANI

& & &

 

Pour Rezvani, √©crivain, c’est l’√©criture et non la magie qui peut dire l’indicible et restituer l’au-del√† du r√©el. Fils de magicien, il a vu d√®s l’enfance les tours de son p√®re, a d√©voil√©, croit-il, leurs m√©canismes. Mais le voici invit√© dans un monast√®re tib√©tain, o√Ļ des magiciens et des scientifiques se r√©unissent pour c√©l√©brer son p√®re disparu, incomparable ma√ģtre de quelques-uns, sorcier v√©n√©r√© par tous. Entour√© de douves aux dangereuses sangsues g√©antes, le monast√®re, sinistre, vibre d’ondes mentales, s’anime des l√©vitations et des intrigues des participants et se r√©v√®le, nombril du monde, avoir un mortel ‚Äúenvers‚ÄĚ souterrain, que pourraient bien rejoindre quelques participants. Peut-√™tre Rezvani lui-m√™me, que deux s√©duisantes sorci√®res voudraient amener √† rencontrer son p√®re dans cet ‚Äúailleurs‚ÄĚ…

 

Ce r√©sum√©, style science-fiction, rend mal compte d’un r√©cit complexe et adroit, enti√®rement conduit en dialogues, ‚Äúdisputatio‚ÄĚ savante o√Ļ s’affrontent les th√©ories sur la puissance de l’imaginaire, sur la r√©alit√© et l’√™tre, sur la mort, sans s’√©carter d’une intrigue aussi prenante que surprenante. Apr√®s Les volupt√©s (moroses) de la d√©veine (N.B. mars 2004), Rezvani, r√©g√©n√©r√©, revit pour √©crire. Tant mieux pour nous.