Le fils d’Hitler : une aventure de Dickie

DE POORTERE Pieter

Hitler avait eu un fils avec une infirmière lors de la guerre de 14-18. Eva Braun avait caché la lettre l’en informant. Ne pouvant donner un fils au dictateur soucieux d’assurer sa succession, elle lui en révèle l’existence. Le couple s’en va chercher le rejeton adulte à Auschwitz où il s’était fait volontairement déporter, amoureux qu’il était d’une juive qu’il regrettait d’avoir dénoncée et fait arrêter…

 Quel culot que cette histoire, traitée avec une distanciation graphique absolue : trait  gras et noir,  formes  simplistes, coloris vifs en aplat ! La mise en page est uniforme, en ‘’gaufrier’’, égayée à chaque chapitre d’une double planche panoramique fourmillant de détails dans laquelle on est invité à repérer un des personnages du récit – entièrement muet ! Le fils n’est autre que Dickie – silhouette et tête de Playmobil-, que son créateur flamand promène à différentes époques de l’Histoire. Aucun message à la clé dans cet album irrévérencieux. Le sourire du lecteur est suscité par les détails : une braguette ou un bras dressés intempestivement, un jeu de l’Oie en forme de svastika, un drapeau à croix gammée sur un tissu vichy, la mèche postiche dont on coiffe le fils au crâne nu pour qu’il ressemble à son père, etc. Un ensemble inventif et audacieux.