Le croque-mort, le clochard et l’assassin (Stern ; 1)

MAFFRE Frédéric, MAFFRE Julien

En 1863, à Lawrence au Kansas, une horde de bushwackers met la bourgade à feu et à sang. Une mère est tuée devant son enfant, un jeune garçon observe la scène. Dix-neuf ans plus tard, à Morisson, également au Kansas, Charles Bening, alcoolique, meurt dans les bras de Mindy, une des prostituées du saloon. Stern, taciturne croque-mort, n’a plus qu’à creuser sa tombe… Mais la veuve, après avoir vérifié la moralité de Stern, lui  demande un service : récupérer le foie de son époux pour sa lutte antialcoolique au sein de la ligue de la tempérance. Le foie montre bien une cirrhose au dernier degré, mais la couleur du poumon ne laisse aucun doute : Bening est mort étouffé. Stern décide de montrer les organes au médecin et au sheriff. À contrecoeur, le sheriff est bien obligé d’interroger Mindy, la dernière à avoir vu Charles vivant, ce qui rend furieuse la tenancière. Voilà qui va troubler l’ambiance paisible de la bourgade. Les frères Maffre, Frédéric et Julien, plongent le lecteur dès les premières pages dans un vrai western comme on les aime, avec le sheriff, le saloon et les filles, le clochard toujours bourré et le croque-mort solitaire, sans vautour, tout habillé de noir comme il se doit. Mais au fil du récit les stéréotypes se transforment et l’on a : un croque-mort bien cultivé, un clochard qui se révèle pianiste d’exception, un étranger singulier, un sheriff un peu trop partisan… Il apparaît vite aussi que la guerre de Sécession et la tuerie à Lawrence ne soient pas sans rapport avec les événements. Les acteurs, aux caractères bien campés, s’affrontent au sein d’une petite ville à l’apparence trop tranquille dans une intrigue complexe et superbement bien menée. Les dialogues sont rares mais terriblement justes. Le dessin aux teintes pastel est précis et particulièrement agréable, le cadrage est ingénieux et remarquablement adapté, les décors, pourtant simples, sont soigneusement  travaillés. Tout cela donne à cet album une ambiance de Far West plus vraie que nature, avec les pointes d’humour qu’il faut. Le lecteur ne peut qu’être impatient d’en connaître la suite. En un mot, superbe ! (A.D. et C.D.)