Le chien qui riait

TABACHNIK Maud

Aux yeux de sa m√®re, divorc√©e, et de sa jeune soeur, Joseph appara√ģt comme un adolescent g√Ęt√©, renferm√©, un peu agressif. La v√©rit√© est tout autre : √™tre asocial et brutal, il d√©rive vite vers des actes meurtriers. Stark, flic sur le retour affect√© √† la brigade des mineurs, soup√ßonne chez lui cette pr√©disposition au mal. La mort soudaine d‚Äôune vieille dame dont le chien a √©t√© d√©capit√©, la disparition d‚Äôun camarade de classe de Joseph et d‚Äôautres faits barbares vont propulser Stark sur ses traces. ¬†Apr√®s J‚Äôai regard√© le diable en face (NB avril 2005), o√Ļ il √©tait question d‚Äôexactions sadiques au Mexique, l‚Äôauteure traite ici avec une certaine complaisance de la violence gratuite des jeunes. Reflet d‚Äôune soci√©t√© sans rep√®re, cette violence est avant tout, selon elle, intrins√®que √† la nature humaine. Le contraste extr√™me entre la bestialit√© de Joseph et l‚Äô√©merveillement de Stark face aux qualit√©s humaines de son chien met mal √† l‚Äôaise, mais le rythme enlev√©, l‚Äô√©criture tr√®s fluide et le talent narratif de Maud Tabachnik font mouche dans ce suspense en forme de r√©quisitoire particuli√®rement effrayant.