Le chemin de Sarasvati

UBAC Claire

Isa√Į, la narratrice, vit dans un village du sud de l’Inde. Sa tante, une m√©g√®re qui dirige la maisonn√©e, la traite comme une esclave. Sans nouvelles de son mari depuis plusieurs ann√©es, sa m√®re la prot√®ge comme elle peut, lui apprend √† chanter, mais meurt quand la fillette a 10 ans. Isa√Į se lie alors d’amiti√© avec un intouchable, Murugan, avec lequel elle improvise des chansons. Apprenant que son p√®re, devenu aveugle, vit √† Bombay, elle d√©cide d’aller le retrouver. La route sera longue et difficile, mais elle peut compter sur son ami.

¬†Le roman pourrait constituer le sc√©nario d’un film (b) hollywoodien, avec le d√©but √† la Cendrillon, le p√©riple initiatique et l’happy end fa√ßon conte de f√©es, le tout parsem√© d’interm√®des musicaux (Sarasvati est la d√©esse des arts). Si les malheurs de la fillette dans son village suscitent l’√©motion, les obstacles et dangers auxquels sont expos√©s les enfants par la suite semblent bien √©dulcor√©s, perdant de la cr√©dibilit√©. L’√©criture immerge avec justesse dans l’ambiance indienne, gr√Ęce √† des descriptions br√®ves et efficaces, des allusions sur la nourriture, le climat, la religion, le rejet des intouchables, la place inf√©rieure des femmes (surtout dans les campagnes), les traditions, la pauvret√©… Une lecture agr√©able et d√©paysante.