Le chagrin des origines

NOB√ČCOURT Laurence

Dans la lign√©e des auteurs centr√©s sur eux-m√™mes et leurs probl√©matiques intimes, l’auteure (La vie spirituelle, HdN mai 2017) tente une nouvelle autobiographie sous l’angle salvateur du verbe, de l’√©criture et de la litt√©rature. N√©e¬†√† moiti√©¬†paralys√©e, puis atteinte¬†d’ecz√©ma¬†durant de longues ann√©es, bipolaire √† l’adolescence, elle ne trouve que peu d’appui familial entre un p√®re et une m√®re distants. Provocatrice, elle recherche l’amiti√© d’une prostitu√©e et multiplie les comportements addictifs. Elle affirme que c’est l’√©criture qui l’aide √† lib√©rer son corps et son esprit, mais sa d√©monstration reste faible. Sa qu√™te personnelle de recherche de la v√©rit√© √©volue de l’ordinaire √† l’exc√®s en passant par son double po√©tique japonais ou la jud√©it√© d’un grand-p√®re imaginaire et peine √† √©mouvoir ou convaincre. L’abondance des remarques √©tymologiques n’apporte rien √† un r√©cit assez plat. Les jours de souffrance alternent avec renaissances et pr√©monitions multiples mais l’indiff√©rence peut gagner le lecteur.¬† (J.D. et B.T.)