Le bonheur en Allemagne ?

TOURNIER Michel

N√© en 1924 de parents germanistes, Michel Tournier, d√®s le plus jeune √Ęge, passe ses vacances en Allemagne. La guerre √† peine termin√©e, il part √† T√ľbingen pour y poursuivre ses √©tudes de philo. C’est dire si l’Allemagne lui est connue ! Ses relations avec elle, avec elles (il avait ses entr√©es en RDA), n’ont jamais faibli. Aussi parle-t-il un peu de tout : il fait un √©tonnant portrait de Bismarck, porte des accusations s√©v√®res contre Adenauer, prend le contre-pied des images v√©hicul√©es depuis 1870. Il √©voque, sans emphase, des souvenirs, des anecdotes, lance quelques remarques qui bousculent les id√©es re√ßues. Il √©met des opinions non seulement sur la politique mais aussi sur la culture de ce pays qui est, dit-il ¬ę une part de ma vie et une part de moi-m√™me. ¬Ľ¬†C’est un plaidoyer pour l’Allemagne par un √©crivain toujours aussi peu conventionnel.