La valse sans fin

INABA Mayumi

F√©vrier 1986. La premi√®re page de ce petit opus est √©crite √† la premi√®re personne ; la premi√®re page du dernier chapitre l’est √† la troisi√®me personne. Entre les deux, l’histoire de la rencontre jusqu’√† la mort d’un couple punk japonais. Suzuki raconte son arriv√©e √† Tokyo. Devenue h√ītesse de bar, actrice nue, √©crivaine, elle fait la connaissance de Abe Kaoru,¬† saxophoniste d’avant-garde √† l’incroyable sonorit√©, objet de culte dans les milieux de jazz underground. On est tr√®s loin du charme irr√©sistible de La P√©ninsule aux vingt-quatre saisons (NB avril 2018). L’auteure s’est appropri√©e la vie de deux ic√īnes, symboles de la jeunesse dissolue et de l’autodestruction. On retiendra l’expression crue d’un amour absolu, la violence des sentiments, des gestes et l’abondance de d√©tails scabreux. On assiste √† l’overdose du musicien et au suicide de celle qui est consid√©r√©e comme l’une des meilleures cr√©atrices de science-fiction. Cette danse macabre a √©t√© adapt√©e au cin√©ma sous le m√™me titre en 1995.¬† (A.-C.C.-M.)