La trahison de Thomas Spencer

BESSON Philippe

NĂ©s tous les deux le 6 aoĂ»t 1945, jour de l’anĂ©antissement d’Hiroshima, Paul et Thomas sont insĂ©parables. Voisins Ă  Natchez, petite ville sur le Mississipi, l’un comme l’autre ils ont vĂ©cu le deuil et le manque. Absence du pĂšre pour Thomas, Ă©levĂ© en tĂȘte Ă  tĂȘte avec sa mĂšre, mort du frĂšre aĂźnĂ© de Paul, tuĂ© en CorĂ©e. AprĂšs l’enfance qui a vu se construire leurs personnalitĂ©s contrastĂ©es, ils partagent une adolescence faite de confidences paresseuses, parties de pĂȘche, scolaritĂ©s sans Ă©clat, jobs d’Ă©tĂ© ingrats avec en contrepoint la musique d’Elvis, le sourire aguicheur de Marilyn, les flippers et les soft drinks
 Au fil des annĂ©es, Thomas adhĂšre de moins en moins aux idĂ©es racistes de la middle class amĂ©ricaine prĂŽnĂ©es par Paul, beau, sĂ»r de lui et pragmatique. Les premiĂšres aventures amoureuses altĂšrent aussi quelque peu leur intimitĂ© puis, Ă  dix-huit ans, Thomas, bouillonnant de questions existentielles, entre Ă  l’universitĂ© tandis que Paul travaille Ă  l’Ă©picerie paternelle. L’Ă©cart se creuse. Survient alors la lumineuse Claire, fascinante d’indĂ©pendance, dont Paul s’Ă©prend.

Philippe Besson reste dans la veine amĂ©ricaine qu’il semble affectionner. Les Ă©vĂ©nements clĂ©s de la seconde partie du XXe siĂšcle aux États-Unis, de la guerre de CorĂ©e Ă  celle du Vietnam, en passant par le fiasco cubain et l’assassinat de Kennedy, jalonnent le rĂ©cit-confession de Thomas.

Les thĂšmes de l’auteur – amitiĂ© fraternelle, sensualitĂ©, culpabilitĂ©, vulnĂ©rabilitĂ©, conscience politique – en font un roman plus intense qu’une simple histoire d’amour dans les annĂ©es soixante. La tension au crescendo trĂšs maĂźtrisĂ© est quasi-cinĂ©matographique. Quant au tempo et au style, ils s’accordent aux sentiments : Ă©lĂ©gants, sobres, parfaitement justes. Difficile de rĂ©sister Ă  ce dixiĂšme roman de Philippe Besson !

E.L. et C.G.