La romance de l’Ogre Yosipovitch

SYLVANDER Matthieu, VAUGELADE Ana√Įs

Laid, crasseux et solitaire : voil√† pour l‚Äôogre. Un seul oeil, un caract√®re certain et des exigences en mati√®re masculine : voil√† pour la cyclope. Qui l‚Äôeut cru : quand Yosipovitch croise le regard unique de Bella, il est foudroy√© d‚Äôamour et ‚Ķ ce n‚Äôest pas r√©ciproque ! On ne badine pas avec les bonnes mani√®res dans les for√™ts de l‚ÄôOural. L‚Äôhorrible n‚Äôa plus qu‚Äô√† apprendre √† bien se tenir. Les conseils d‚ÄôIgor le blaireau et de ses deux accolytes loups ne vont pas √™tre de trop.¬†Romance, certes, mais pas que. Cette jolie histoire a des accents de conte, russe bien s√Ľr‚Ķ avec une ¬ę morale ¬Ľ optimiste et encourageante. Aller au-del√† des apparences, √† commencer par les siennes, croire en sa chance, m√™me quand la situation para√ģt irr√©m√©diablement d√©sesp√©r√©e, finalement il n‚Äôy a pas que dans les univers oniriques que cela peut arriver. L‚Äôogre est √©mouvant de naturel, la dame ne manque pas d‚Äôhumour avec sa coquetterie et ses crit√®res, et les clins d’oeil se multiplient. Les dessins au traits noirs √©pais, efficacement caricaturaux, illustrent un r√©cit aux dialogues alertes, d’une irr√©sistible dr√īlerie. (M.-F.L.-G. et C.B.)