La remorque rouge

DUC Marie-Gabrielle

Le narrateur, d’origine polonaise, la trentaine, affect√© d’un trouble obsessionnel compulsif (hurlements), est √† la d√©rive √† la suite de son divorce. Il f√™te No√ęl dans son entreprise de transport, passe la nuit avec une coll√®gue, puis se livre √† son activit√© favorite¬†: recopier √† la main, pour la douzi√®me fois, tous les √©crits de Proust, s’identifier √† Marcel en √©voquant ses propres souvenirs familiaux. C’est alors que la vue d’une remorque rouge gar√©e dans un hangar gris le perturbe, il l’ouvre… en sortent sept enfants sauvages…

 

R√™ve¬†? Conte¬†?… Marie-Gabrielle Duc √©crit, avec humour, un premier roman sur les oubli√©s de la soci√©t√© et l’immigration clandestine. Un r√©cit original, d√©concertant, qui intrigue par son √©tranget√©. Les lieux, un entrep√īt d√©sert, et les personnages, sont impressionnants. Cependant brille toujours une petite lueur, une tache rouge, la gentillesse d’un barman, les fac√©ties des enfants. L’√©criture est sobre, efficace, l’expression imag√©e, agr√©ment√©e de quelques trouvailles (√† propos de Proust¬†: ¬ę¬†avec l’habitude, les mots m’attendent comme des chaises vides¬†¬Ľ). Un auteur √† suivre.