La nuit, tous les loups sont gris.

STAALESEN Gunnar

√Ä Bergen, en Norv√®ge, Varg Veum, d√©tective priv√©, personnage cr√©√© par l’auteur et suivi dans tous ses romans (cf. Le loup de la bergerie, NB f√©vrier 2002), est ici confront√© √† une vieille affaire non √©lucid√©e. N’√©tant pas d√©bord√© de travail, il passe beaucoup de temps dans un bar. Il y fait la connaissance d’un policier retrait√© qui lui raconte les faits sur lesquels il a enqu√™t√© (un incendie dans une usine de peinture en 1953) et lui fait part de ses soup√ßons sur un individu tra√ģtre √† la patrie et boiteux‚Ķ La mort brutale du policier, suivie d’une autre mort peu vraisemblable, entra√ģne Veum dans une qu√™te sans merci jusqu’√† ce qu’il trouve la clef de l’√©nigme.

 

On observe une fois de plus la mani√®re de Gunnar Staalesen : son h√©ros est un solitaire, ayant un net penchant pour l’alcool, qui ne manque pas d’humour et se moque de lui-m√™me. Les policiers reconnaissent ses comp√©tences, l’appr√©cient cependant plus ou moins. Le suspense tra√ģne en longueur, mais l’atmosph√®re trouble et brumeuse du port norv√©gien est tr√®s bien rendue.