La Note rouge.

SERMET Jo√ęlle de

Omi, handicap√© de naissance, et son fr√®re, tous deux joueurs de guitare surdou√©s, ont √©t√© berc√©s d√®s leur plus jeune √Ęge par la musique du grand Django. ¬ę Le jazz, pour nous Manouches, c’est comme une d√©mangeaison ¬Ľ affirment-ils. Immens√©ment pauvres, mais d√©bordants d’imagination, d’astuce et d’insolence, ils vont, avec quelques amis musiciens, passer de l’ombre √† la lumi√®re, se produisant tout d’abord dans les mariages puis devant les bars et les restaurants, pour acc√©der enfin √† de vraies salles de spectacle… Mais un jour, ils r√©alisent qu’√† force d’√™tre trop riches, ils ont perdu leur √Ęme, alors, gr√Ęce √† une id√©e et √† des taxis, il retrouvent leur identit√© et… leur pauvret√© ! Pourquoi La Note rouge ? Pour faire √©cho √† la note ¬ę¬†juste¬†¬Ľ qu’en jazz on appelle la note bleue. Jo√ęlle de Sermet livre l√† son premier roman. Elle nous entra√ģne dans l’univers manouche avec une √©criture d√©j√† tr√®s ma√ģtris√©e. Un style √©poustouflant, un rythme semblable √† une musique. Les mots et les phrases dansent. Quel souffle !