La femme de l’analyste.

TESSARECH Bruno

Victime du syndrome de la page blanche, un √©crivain entreprend une analyse. Tr√®s vite, la salle d’attente et l’immuable d√©roulement des s√©ances lui deviennent familiers. Les meubles, les tableaux, les revues et jusqu’au v√©lo cadenass√© √† l’escalier stimulent son imagination et le poussent √† des d√©ductions quant √† la vie de son praticien. Tandis que dans son esprit progresse l’apaisement, une indiscr√©tion lui fait d√©couvrir l’existence d’une personne sur laquelle il va fantasmer : La femme de l’analyste !

De son √©criture √©l√©gante, Bruno Tessarech dessine une face cach√©e de l’analyse, entre r√©flexion sur la m√©moire et art de devenir soi-m√™me par une inversion des r√īles. De l’analyse, le lecteur n’aura qu’une ¬ę¬†proustienne¬†¬Ľ partition de musique tandis que le r√©cit s’√©gare en digressions courtoises et raffin√©es sur les rapports de voisinage ou la pression des √©diteurs. Un ouvrage l√©ger et spirituel qui suit Villa blanche (NB juin 2005), une autre chasse aux souvenirs.