La cuve du diable

SCHWARTZBROD Alexandra

Ancien journaliste, Albert m√®ne une vie paisible √† P√©kin quand un ami lui propose un reportage in√©dit sur Lino Wang, puissant ¬ę tycoon ¬Ľ de Hong-Kong qui contr√īle le commerce des textiles √† Naples. D√®s son arriv√©e, Albert plonge dans le crime organis√©. Sous ses yeux, un garde du corps de Wang est ex√©cut√©, puis sa logeuse, cens√©e faciliter ses recherches, est assassin√©e. Serait-ce √† cause du mouvement antimafia Addiopizzo qu’elle dirigeait ? La police enqu√™te, sans z√®le excessif : le Chinois est prot√©g√© par un ministre, la Camorra a ses r√©seaux. Pour son malheur, Albert s’enfonce dans les rues de San Giuseppe‚Ķ

 

La construction d√©cousue du roman ne permet pas de s’attacher aux nombreux personnages sommairement esquiss√©s. La fin dramatique s’inscrit dans une logique meurtri√®re qui laisse presque indiff√©rent‚Ķ comme les Napolitains face √† la mafia ! Journaliste √† Lib√©ration, Alexandra Schwartzbrod (Balogan, NB octobre 2003), tr√®s document√©e sur la face cach√©e de Naples, d√©crit parfaitement une ville complexe o√Ļ rien ¬ę n’√©tait ce qui semblait √™tre ¬Ľ et cr√©e une atmosph√®re inqui√©tante.