La ChimĂšre d’Arezzo

AUTHIER François-Jean

À sa descente d’avion, le violoniste Jean-Toussaint Beaufort quitte son groupe pour se rendre chez une femme considĂ©rĂ©e dans le pays comme une anarchiste. En CraĂŻovala, soeur imaginaire de la Roumanie, rĂšgne un dictateur qui, comme son homologue roumain, dĂ©truit sa ville pour accueillir ses constructions mĂ©galomanes et Ă©difier le peuple.  Dans cette histoire oĂč rien n’est jamais ce que l’on croit, oĂč la rĂ©alitĂ© est double et la vĂ©ritĂ© embusquĂ©e, Beaufort sera le grain de sable innocent dans la machination des conjurĂ©s visant Ă  dĂ©poser le tyran. Les phrases courtes crĂ©pitent comme la mitraille de la milice dans ce pays ravagĂ©, « dĂ©cervelĂ© par la propagande ». Pour son premier roman, François-Jean Authier livre une comĂ©die grinçante sur la mĂ©galomanie, les pouvoirs du rĂ©gime et les secrets des Princes. LĂ  oĂč « le silence est bleutĂ© et le ciel dĂ©shydratĂ© » il sĂšme, Ă  l’excĂšs parfois, un vocabulaire prĂ©cieux, ajoutant Ă  l’originalitĂ© du rĂ©cit, assez confus, le bonheur des mots.