La ballade d’Ali Baba

MAVRIKAKIS Catherine

Vassili, n√© en 1934 en Gr√®ce, √©migre √† quatre ans avec sa famille √† Alger. Son p√®re, qui √©cume les mers, finit par abandonner les siens, laissant au jeune gar√ßon de neuf ans la charge de la fratrie et d‚Äôune m√®re gravement malade. Enfin libre, il part pour New York, puis pour Montr√©al o√Ļ il se marie. La naissance de trois fillettes et quelques ann√©es de bonheur ‚Äď week-ends m√©morables et voyage en Europe ‚Äď n‚Äôassagissent pas cet homme volage. Les petites vivent mal la s√©paration des parents. Devenu vieux et diminu√©, Vassili retourne chez sa femme. Apr√®s sa mort, son fant√īme appara√ģt √† sa fille a√ģn√©e Erina…¬†Avec la ma√ģtrise qu‚Äôon lui conna√ģt (Les derniers jours de Smokey Nelson, NB septembre 2012), la romanci√®re qu√©b√©coise, par la voix d‚ÄôErina, bouscule la chronologie avec une tr√®s grande efficacit√© ; les √©poques m√©lang√©es √©clairent les temps forts de la vie de Vassili et ses rapports explosifs avec son entourage. Il en ressort le magnifique portrait d‚Äôun homme h√Ębleur, emberlificoteur, s√©ducteur et profond√©ment narcissique. Une fin apais√©e et fac√©tieuse r√©sonne comme l’hommage post-mortem d‚Äôune fille qui fait la paix avec son p√®re et avec elle-m√™me. Un joli roman.