Je serai cet humain qui aime et qui navigue

PR√ČVOT Franck, GIREL St√©phane

Se promener sur la plage avec son grand- p√®re ; l‚Äôenfant le fait √† toutes les vacances depuis des ann√©es. Avec un grand-p√®re p√™cheur de morue √† la retraite qui plus est ! Ce jour- l√†, il trouve un coquillage nacr√© dans lequel est inscrit ¬ę √Čcoute-moi ! ¬Ľ et il entend un po√®me auquel le vieil homme est insensible. Le gar√ßon se sent une mission, ne pas laisser mourir le texte naufrag√©. Et il invente un po√®me pour son grand-p√®re, promesse de voyages, r√©els ou imaginaires. ¬†Si le grand-p√®re est bien ancr√© dans le r√©el, l‚Äôenfant sait qu‚Äôau fond de lui il est po√®te aussi. La complicit√© et l‚Äôaffection se ressentent¬† dans ce tr√®s bel hommage, souvenirs heureux de moments partag√©s, de r√™ves offerts. Au fil des ans, la transmission s‚Äôest faite ; comme le dit le titre, un humain¬† a grandi, riche de l‚Äôamour donn√© et heureux des chemins qui s‚Äôoffrent √† lui. L‚Äôappel du large, la lumi√®re des bords de mer, sont rendus par des couleurs l√©g√®res aux nuances du sable et du ciel et des vibrations de l‚Äôair, des sons que l‚Äôartiste travaille par un jeu de traits fins et rapproch√©s. (A.-M.R.)