Izabal l’enfant-oiseau ; ill. de Claude Cachin.

CACHIN Claude, MONCOMBLE Gérard, CACHIN Claude

Quetzal, l’oiseau sacr√© du peuple maya a surgi dans le ciel tenant dans ses serres une petite ombre qu’il a l√Ęch√©e sur terre : un enfant, une fille qu’un couple st√©rile a adopt√©e. Confiants, les parents attendent le jour o√Ļ elle s’√©veillera car Izabal ne parle pas et a toujours un visage imp√©n√©trable. A l’occasion de la c√©r√©monie rituelle de ses douze ans, elle re√ßoit de son p√®re une poterie √† forme d’oiseau, un ocarina : la musique permet √† l’adolescente de communiquer avec les oiseaux. Une m√©tamorphose commence.

Le texte fort et po√©tique √©voque les traditions mayas et raconte l’amour d’un p√®re adoptif. La peau cuivr√©e des indiens est bien rendue par le papier √† grain qui renforce aussi l’√©paisseur et le chatoyement des couleurs. Le soleil p√©n√®tre partout. Les oiseaux, les temples, les motifs d√©coratifs t√©moignent d’un peuple et d’une culture tandis que les gestes, les mouvements des personnages expriment les √©motions humaines.