Histoires pour distraire ma psy

FOURNIER Jean-Louis

Jean-Louis Fournier trouve que sa psychanalyste a triste mine. Peut-être s’ennuie-t-elle à force d’écouter des clients qui se plaignent ? Il entreprend de la faire réagir à chacune de ses séances en racontant lui aussi la peur de vivre, la détresse, la solitude, la mort, le suicide, mais à sa façon : il métamorphose avec humour les clichés habituels et multiplie les chutes inattendues.  Dans ses livres précédents, Mon dernier cheveu noir (NB mars 2006) et J’irai pas en enfer (NB avril 2001), il dénonçait déjà avec humour certains problèmes de la vie, comme l’âge ou la religion. Cette fois-ci, il ne recule devant rien en s’attaquant à la mort. Pour mieux en rire ! Car si le lecteur peut frémir à l’intitulé des chapitres, comme « S.O.S. Désespoir » ou « Ces feuilles mortes » par exemple, il finira par en sourire.  Phrases courtes, style énumératif, les cinquante histoires qui forment ce recueil sont très brèves et se dévorent allègrement. Autant de clins d’oeil complices de l’auteur pour effacer toute morosité !