Et nous ne vieillerons jamais

MELAMED Jennie

Dans une √ģle inhospitali√®re, glaciale en hiver, infest√©e de moustiques en √©t√©, vit une communaut√© coup√©e du monde. Des g√©n√©rations auparavant, dix p√®res fondateurs, √©chappant √† un cataclysme, y ont install√© un patriarcat pur et dur. La vie fruste, quasi-primitive, est aujourd’hui r√©gie par leurs descendants. ¬ę La fructification ¬Ľ, rituel incontournable, consiste √† octroyer un dernier √©t√© de totale libert√© aux adolescentes avant leur pubert√©, moment couperet o√Ļ elles devront obligatoirement enfanter. Apr√®s la mort ¬ę accidentelle ¬Ľ d’une des leurs, Vanessa, Caitlin, Rosie et d’autres rejoignent Janey dans une r√©volte contre l’ordre √©tabli par les hommes.¬†¬†Le premier roman de Jennie Melamed est une dystopie militante et ambitieuse. Infirmi√®re sp√©cialis√©e dans les traumatismes infantiles, elle analyse de fa√ßon quasi-anthropologique la physiologie et la psychologie des personnages f√©minins, victimes ¬ę consentantes ¬Ľ d’abus sexuels non clairement nomm√©s mais suffisamment explicites. La population f√©minine est r√©duite au rang d’objet utilitaire destin√© au contentement des hommes autoproclam√©s sup√©rieurs. Quelques beaux passages lyriques ne peuvent masquer la fragilit√© de la construction et l‚Äôexc√®s parfois complaisant de miasmes, de sang, de boues‚Ķ L’√©vocation f√©roce de la misogynie est convaincante, la chute m√©taphorique laisse cependant un sentiment d’inabouti. Un roman d√©rangeant et fort. (A.-C.C.M. et M.Bo.)