Et je serai toujours avec toi

JOB Armel

Un inconnu d√©barque un soir dans la maison d’une veuve encore s√©duisante et de ses fils √Ęg√©s d’une vingtaine d’ann√©es. Cet homme, Branko, est un Croate, qui a fui la guerre. H√©berg√© par la famille, il prend rapidement la place du p√®re. Les fils, choqu√©s, mal √† l’aise, soup√ßonnent une imposture et cherchent √† prot√©ger leur m√®re envo√Ľt√©e par les derni√®res paroles de son mari : ¬ę M√™me mort, je serai toujours avec toi ¬Ľ. Pour elle, fervente catholique, l’√©tranger est un envoy√© du ciel. Un meurtre survient dans la r√©gion‚Ķ¬†¬†En 1995, la guerre dans les Balkans est si r√©cente qu‚Äôun Croate peut inspirer la m√©fiance dans une petite ville de Belgique o√Ļ travaillent de rudes saisonniers, o√Ļ le caf√© est le centre de tous les ragots. Un bel homme au pass√© inconnu, √©ventuellement sulfureux, peut aussi attiser la convoitise des femmes. Mais qui est-il r√©ellement? Armel Job (Le bon coupable, NB mai 2013) met en place un suspense parfaitement ma√ģtris√© entre la violence et la souffrance. Ce tr√®s bon roman sur le mal et la responsabilit√©, sombre, alerte et soutenu, est habilement rythm√© par les r√©cits altern√©s des deux gar√ßons et port√© par un style d‚Äôune grande finesse. (V.M. et B.Bo.)