Englebert des collines

HATZFELD Jean

Longtemps apr√®s le g√©nocide des Tutsis, en 1994 au Rwanda, Englebert se souvient. Sa famille habitait les collines proches de Nyamata. Enfant brillant, il a fait de bonnes √©tudes, a occup√© des postes importants et parle plusieurs langues. √Ä deux reprises, il a perdu son travail du fait de son ethnie. R√©fugi√© sur les terres familiales, il voit arriver ses voisins Hutus, arm√©s de machettes ; cach√© dans les marais, pendant plus d‚Äôun mois, il assiste aux ex√©cutions sanglantes et √† la disparition des siens. Survivant par chance, il arpente les rues, interpellant les passants, √† la recherche de ¬ę boissons ¬Ľ.¬†C‚Äôest le t√©moignage d‚Äôun rescap√©, √©crit √† la premi√®re personne et recueilli par Jean Hatzfeld ; il compl√®te les trois ouvrages consacr√©s au drame rwandais dont Une saison de machettes (NB octobre 2003). Il montre la d√©solation et la d√©tresse absolue qui ont suivi le g√©nocide (cinquante deux mille morts localement), et l‚Äôimpossibilit√© pour certains de reprendre le cours normal de leur vie. Sans pathos, ce beau r√©cit √©voque la destruction irr√©m√©diable d‚Äôun homme qui marche avec une √©nergie d√©sesp√©r√©e, et pourtant joyeuse, pour fuir ses souvenirs.