En attendant la neige

LHASHAM-GYAL

Un matin d’hiver, les habitants de Mannang, village de la province d’Amdo au nord-est du Tibet, trouvent la neige en s’√©veillant. Le p√®re de Gyal (roi en Tib√©tain) d√©blaie le toit de leur maison et lui annonce qu’il a √©crit en marchant sur ce manteau √©tincelant la premi√®re lettre de l’alphabet, le Kah. Pr√©monition, intervention divine, c’est le point de d√©part d’un trajet m√©moriel que retrace vingt ans plus tard Gyal, mari√© et vivant en Chine. Plongeant dans ses souvenirs d’enfance avec ses trois meilleurs amis, il se rem√©more progressivement le parcours de chacun.

Premier roman traduit en fran√ßais d’un √©crivain tib√©tain, ce livre plaisant d√©crit avec une candeur teint√©e d’humour le comportement des adultes, la vie au village, le rythme des saisons, l’apparition de la neige, image r√©currente du livre, et la cohabitation au sein d’une microsoci√©t√© traditionnelle des trois pouvoirs : religieux, politique, territorial. Jouant sur les r√©p√©titions, le style musical cr√©e une sonorit√© particuli√®re qui s’accorde particuli√®rement √† l’esprit d’enfance que d√©gage ce r√©cit d√©paysant. Outre les quatre protagonistes, se d√©tache le personnage de l’instituteur progressiste, tout d√©vou√© √† ses √©l√®ves, qui tente de les aider √† √©chapper √† l’obscurantisme religieux. Mariages forc√©s, disputes, bouddhisme, fuites, arriv√©e de la modernit√©, administration chinoise, affrontements entre clans territoriaux… rien ne manque et tout est int√©ressant. (M.Bi. et D.D.)