Double assassinat dans la rue Morgue. D’Edgar Allan Poe

MORVAN Jean-David, DRUET

& &

 

Apr√®s Le Scarab√©e d’or publi√© chez Casterman (LJA, Juillet 2008), voici une nouvelle adaptation d’un r√©cit d’Edgar Po√ę. Un bel effet de suspense au d√©but, avec une case enti√®rement rouge, une sorte de travelling horizontal accompagnant la trajectoire d’un rasoir, des escaliers vides, un immeuble silencieux, une chambre apparemment d√©serte, des traces de sang ; vers la fin, la fuite de l’orang-outan affol√© arm√© d’un rasoir, se d√©coupant sur les toits √† la lumi√®re de la lune. Tout cela est r√©ussi, et la reconstitution historique est minutieuse.

Le dessinateur multiplie les plans inclin√©s, les perspectives plongeantes ou les contre-plong√©es, les teintes bleut√©es de la nuit et de l’eau. Les r√©flexions de Dupin, g√©nial enqu√™teur b√©n√©vole, sont transpos√©es sous forme de dialogues avec un narrateur, ce qui √īte une partie du sel de l’histoire. Les personnages, marqu√©s¬† d’un trait ferme, ne manquent pas de caract√®re, malgr√© une gestuelle un peu th√©√Ętrale.