Coma

GUYOTAT Pierre

À travers ce récit, Pierre Guyotat, dont les premiers écrits remontent à 1967, emmène le lecteur dans les abysses mentaux que provoque sa dépression profonde. L’analyse du processus créatif grâce à l’écriture le coupe peu à peu du monde réel en commençant par son corps qu’il ne nourrit plus. Les enveloppes charnelle, matérielle, sociale qui rattachent l’individu à la vie disparaissent au fur et à mesure des pages. Entre des séjours à l’hôpital, il voyage dans le Midi, en Italie, en Beaujolais où il retrouve des souvenirs d’enfance et de jeunesse. Son seul repère est un camping-car qu’il utilise comme thérapie : il y écrit et s’en sert comme d’une coquille protectrice mobile.  Au fil des pages, le lecteur plonge avec l’auteur dans ce Coma intellectuel et social, effondré par cette déchéance physique et morale malgré l’affection de ses proches. Si la pensée de l’auteur est souvent disloquée, on est ému devant la souffrance, les angoisses, les appels au secours et la lucidité d’un homme qui se sent sombrer, que sa soif de création littéraire ne parvient pas à sauver.