Coeurs d’Ogres

DERU-RENARD Béa, JOOS Louis

& &

 

Un ogre, une ogresse, des enfants qui disparaissent et un village qui a peur… jusqu’à ce que Séraphin, un garçon moitié-lutin moitié-magicien, réussisse avec un peu de chance et beaucoup d’astuce à ramener la paix.

Il va donc courageusement trouver l’ogresse qui pleure toutes les larmes de son corps, assise sous un arbre : elle lui avoue avoir le d√©sir d’un enfant √† ch√©rir… mais son mari n’en ferait qu’une bouch√©e ! S√©raphin lui promet d’exercer son voeu et le voil√† parti trouver l’ogre dans son manoir. Le dialogue sera rude entre le lutin et l’ogre en col√®re, qui finit par avouer que son seul r√™ve est d’avoir un enfant √† aimer : qu’√† cela ne tienne, il suffit d’aller voir l’ogresse !

Cette histoire plut√īt cruelle utilise les ressorts du conte traditionnel et le th√®me des enfants d√©vor√©s. Un anti-conte qui finit bien : l’ogre et l’ogresse se retrouvent pour une danse endiabl√©e, viennent les mots d’amour et na√ģt un b√©b√© dont S√©raphin est le parrain. Le texte est court et bien rythm√© et l‚Äôillustration, en ad√©quation avec le r√©cit, suscite crainte, terreur mais aussi apaisement.¬†