Cocteau sur le rivage

RASIMI Olivier

√Ä quinze ans, timide, ses po√®mes plein les poches, Raymond Radiguet rencontre Jean Cocteau et conquiert √† jamais son coeur. Cinq ans plus tard, il a √©crit deux romans, s√©duit le Tout-Paris ; et meurt d’une typho√Įde, ¬ę¬†fusill√© par les soldats de Dieu¬†¬Ľ. Cocteau se replie dans sa villa de Villefranche-sur-Mer et sur son deuil. Ses amis l’entourent, les r√™ves de l’opium et la mer bercent sa douleur. Il se laisse saisir un moment, dans ¬ę¬†les filets de Dieu¬†¬Ľ. Lentement, il recommence √† √©crire, ce sera Orph√©e. Le d√©sespoir d√©passe le cap des temp√™tes, la vie reprend.¬†¬†Olivier Rasimi est po√®te, il habite Villefranche-sur-Mer. Son texte diffuse l‚Äôodeur des pins, irradie la chaleur de l‚Äô√©t√©, se colore d’images. Les sentiers, la petite chapelle, la mer, toujours diff√©rente. Le quotidien de l'¬†¬ĽOiseleur¬†¬Ľ se d√©roule, avec ou sans ¬ę¬†Radigo¬†¬Ľ : les bains de soleil et de sommeil, le bateau Heurtebise. Il travaille, se drogue, √©crit √† sa m√®re, visite et re√ßoit ses amis, Max Jacob, Picasso, Auric, Stravinsky, le couple Maritain ; il se rend √† Paris… Les m√©taphores, les notations inattendues, le vocabulaire recherch√© po√©tisent la prose lyrique. Ce parti-pris stylistique fonctionne presque toujours et cette sensible c√©l√©bration de deux po√®tes et de la po√©sie est bien s√©duisante.¬† (M.W. et M.-C.A.)