Chicken street.

STHERS Amanda

Alfred et Simon sont les deux seuls juifs de Kaboul de ¬ę l’apr√®s talibans ¬Ľ, tr√®s diff√©rents mais condamn√©s √† c√©l√©brer le shabbat ensemble‚Ķ Alfred est un vieil homme, et son m√©tier d’√©crivain public lui fait rencontrer la toute jeune Naema : elle est enceinte d’un journaliste am√©ricain et dans sa candeur m√™l√©e d’appr√©hension, elle veut le pr√©venir. √Ä des milliers de kilom√®tres de l√†, Jenny, la femme bien rang√©e de Peter, tombe sur la fameuse lettre et son univers bascule. Simon est cordonnier, il a connu la r√©ussite en Iran du temps du shah en fabriquant des chaussures de r√™ve et il a un faible pour les santiags. Il est ici le narrateur des drames pass√©s racont√©s par son ami et le t√©moin des horreurs √† venir : quel avenir en effet pour une femme d√©shonor√©e dans un monde d’int√©gristes, pour un juif qui a os√© lui parler ?

 

En maniant avec f√©rocit√© un certain humour juif et en m√™lant sc√®nes de trag√©die et r√™ves po√©tiques, Amanda Sthers se r√©v√®le attachante et on ne l√Ęche plus son livre tant il √©voque une r√©alit√©, h√©las tout √† fait cr√©dible, o√Ļ l’on passe facilement du rire aux larmes.