Céline

HELLER Peter

2002. Céline, soixante-neuf ans, remariée à Peter, sculpteur comme elle, vit à Brooklyn. Détective spécialisée dans la recherche de personnes disparues, elle part en camping-car vers le nord-ouest sur les traces du père de Gabriela. Plus de trente ans auparavant, alors que celle-ci avait huit ans, une lame de fond emporta la belle Amana sur la côte Pacifique, laissant fille et mari inconsolables. Après un remariage malheureux, ce dernier, reporter-photographe prestigieux, a disparu dans le Montana deux décennies plus tôt. Est-il réellement mort ?   Journaliste et écrivain américain, Peter Heller (Peindre, pêcher et laisser mourir, NB décembre 2015) sait faire vivre un récit. Son style flamboyant et précis excelle à décrire paysages et personnages et à évoquer la subtilité des correspondances entre les êtres. La sensibilité, le charisme et l’énergie de l’héroïne qui a vécu des événements familiaux traumatisants illuminent le livre. Le fils quadragénaire cherche à en élucider le mystère. Cette enquête s’imbrique dans l’intrigue principale déjà intéressante. Présent et rappel du passé s’entremêlent harmonieusement. Simultanément thriller, roman d’aventure, analyse psychologique, peinture de l’Amérique profonde, critique des agissements américains au Chili, cet ouvrage attachant et singulier tient constamment en haleine. (L.G. et A.-M.D.)