Ce monde cruel

LANGE Richard

Ancien garde du corps, Boone travaille dans un bar, après un séjour en prison. Troublé par la mort mystérieuse d’un jeune Guatémaltèque ayant subi de violentes morsures de molosse, il décide de mener son enquête. Elle le conduit au coeur d’un gang de truands qui vit de paris sur les combats de chiens dans le désert environnant. Tout à son désir de venger le jeune garçon, il se laisse entraîner dans une combine douteuse, visant à piéger les malfrats, au risque de perdre l’amour d’une charmante ex-flic.

 

Richard Lange (Dead Boys, NB juin 2009) situe à nouveau son intrigue dans les bas quartiers de Los Angeles. Son thriller, bien dans la ligne du roman noir américain, en a les qualités ou les défauts, selon les goûts. Il dépeint deux mondes très contrastés. Le style, tantôt dur et réaliste, tantôt plein d’humanité, traduit bien cette dualité : une touche « hard », sombre et violente, pour l’univers et le portrait de truands sans foi ni loi. La palette s’adoucit pour évoquer la quête de rédemption de Boone, son héros au grand coeur, qui émeut et fait sourire tant l’entreprise, que lui et ses comparses occasionnels mènent avec succès, semble inconsciente et périlleuse.