Bonne nuit, doux prince.

CHARRAS Pierre

Le titre est une apostrophe du narrateur √† son p√®re disparu dans ce qu’il ¬ę voudrait √™tre une ballade ¬Ľ pour mettre en exergue le mot ¬ę prince ¬Ľ que cet homme discret et aimant m√©ritait tant. Enfant unique d‚Äôun p√®re n√© en 1911 et d’une m√®re √©pous√©e tr√®s jeune, il m√®ne avec eux l‚Äôexistence sans histoire d‚Äôune famille modeste. Un bonheur familial fragile : son p√®re a d√©j√† connu toutes les cruaut√©s de l‚Äôexistence. Il est t√©moin de l‚Äôamour vigoureux qui lie ses parents ; un amour aussi fort unit p√®re et fils, mais l‚Äôun et l‚Äôautre sont impuissants √† l‚Äôexprimer. Avant la mort du p√®re, son fils, brillant universitaire lui fait un aveu qui le d√©√ßoit profond√©ment. ¬†Le narrateur maintenant a ‚Äúmal √† son p√®re‚ÄĚ mais il est trop tard… Un r√©cit intime pudique et cruel, tout en non-dits et occasions manqu√©es, en regrets, qui touche chacun d’entre nous en ce qu’il a de quotidien, presque banal. Avec des mots qui fouaillent le fond du coeur comme Pierre Charras, prix Fnac 2003 pour Dix-neuf secondes (NB ao√Ľt-septembre 2003), sait en user.