[HC] Habemus Piratam, de Pierre Raufast

Habemus Piratam est de ces romans qui font pĂ©tiller les mĂ©ninges. Pierre Raufast est de ces Ă©crivains dont on attend le roman suivant avec gourmandise en se demandant ce qu’il aura inventĂ© cette fois pour nous distraire, nous intriguer, nous instruire, nous dĂ©fier.

Sculpteur de fractales

C’est ainsi que Pierre Raufast se dĂ©finit lui-mĂȘme sur LinkedIn (rĂ©seau social pour relations professionnelles) !

Son premier roman Ă©tait effectivement titrĂ© La fractale des raviolis (2014) ; si on y trouvait bien les raviolis, il n’y Ă©tait pas directement question de fractales (ou alors cela m’avait Ă©chappĂ©…). Disons que les fractales (formes ou objets fascinants dont la propriĂ©tĂ© est de pouvoir ĂȘtre fractionnĂ©s en Ă©lĂ©ments qui portent en eux les caractĂšres du tout
) sont partout dans les histoires de Pierre Raufast, car pour chaque roman il invente une construction originale souvent Ă  base de fragments, qu’il recompose Ă  sa maniĂšre, toujours surprenante.

Par exemple, Les embrouillaminis (2021) est un livre-dont-vous-ĂȘtes-l’auteur qui vous pousse Ă  reprendre Ă  l’infini votre lecture depuis le dĂ©but si vous voulez ĂȘtre sĂ»r d’en avoir explorĂ© toutes les options et variantes.

photo dans wikipedia

N’ayez pas peur !

Le CV de Pierre Raufast pourrait paraĂźtre intimidant : ingĂ©nieur des Mines et spĂ©cialiste en informatique quantique. On dĂ©couvre, toujours sur LinkedIn, qu’il travaille actuellement au CERT (dĂ©partement sĂ©curitĂ© informatique) de Michelin ; une profession dont il est beaucoup question dans Habemus Piraratam, comme par hasard. Mais il ne faut surtout pas craindre que l’ingĂ©nieur-Ă©crivain abuse d’un jargon technologique indĂ©codable. Loin de lĂ  : son Ă©criture est vive et joyeuse, on ne s’ennuie jamais !

“J’adore mon boulot.
C’est comme faire le tour d’une maison cadenassĂ©e
et y trouver une fenĂȘtre laissĂ©e ouverte par mĂ©garde. Jubilatoire.”
p. 53

De la vallée de Chantebrie à la Silicon Valley

Michelin, c’est Clermont-Ferrand, oĂč vit, travaille, et Ă©crit Pierre Raufast. La vallĂ©e de Chantebrie dans le Massif Central (inutile de la chercher sur une carte) est devenue de roman en roman le pays d’attache de ses principaux personnages : c’est peu dire que la rĂ©gion est riche en Ă©nergumĂšnes attachants.

Au premier abord, Habemus Piratam semble plus classique que les autres romans du mĂȘme auteur. Ça commence comme un roman de terroir, bien tranquillement dans un petit village de montagne oĂč un curĂ©, encore jeune, se lasse peu Ă  peu des confessions sempiternelles de vieilles paroissiennes n’avouant qu’agaceries de voisinage et tricheries au Scrabble. Son vƓu est bientĂŽt exaucĂ© : un inconnu au village s’installe dans le confessionnal. Sa vie, dit-il, est menacĂ©e. Au curĂ© Ă©berluĂ© mais de plus en plus intĂ©ressĂ©, il raconte les exploits d’escroc du numĂ©rique qui lui valent d’ĂȘtre poursuivi par des tueurs Ă  gages. Semaine aprĂšs semaine, le cyberpirate de haut-vol illustre son examen de conscience par des histoires Ă©difiantes qui revisitent chacun des Dix Commandements Ă  l’aune des nouvelles technologies de l’information.

OubliĂ©e (pour un temps), l’ambiance terroir ou polar rural : Habemus Piratam tourne au thriller technologique. Les escroqueries de jeunesse du mystĂ©rieux pirate informatique sont simples Ă  suivre mais avec l’expĂ©rience et l’Ăąge, elles s’enrichissent (l’enrichissent, aussi) et ressemblent de plus en plus Ă  des scĂ©narios pour Mission Impossible !

“Les enfants aidaient le matin aux champs et s’adonnaient l’aprĂšs-midi aux parties de capateros, Ă  l’organisation de corridas sauvages ou Ă  l’apprentissage prĂ©coce de l’amour. Le village devint le formidable centre expĂ©rimental d’une Ă©cole libertaire que n’aurait pas reniĂ©e TolstoĂŻ. Sa maxime « L’Ă©cole n’est pas dans les Ă©coles » fut appliquĂ©e consciencieusement. Les enfants apprirent la respiration des arbres, les vertus des plantes, la connivence des oiseaux, les ruses de poissons, les habitudes du gibier, la forme augurale des nuages, l’odeur de la pluie, la docilitĂ© de la pierre, le langage de l’amour, la complexitĂ© des hommes, l’intelligence des rats-taupes, la magie de l’eau, les qualitĂ©s de la pomme de terre, la musique du silence et la puissance du verbe.”
p. 68

“— Vous avez raison. La moralitĂ© est une valeur qui se perd. Les gens sont Ă©goĂŻstes, centrĂ©s sur leurs besoins matĂ©riels. Tout est fait pour flatter l’ego, le « je » devient le maĂźtre jeu du jeu de la vie. La spiritualitĂ© recule et les rĂ©seaux sociaux nous droguent progressivement Ă  coups de notification addictive.
Le pirate acquiesça. Dans beaucoup d’affaires, il avait jouĂ© avec l’orgueil et l’amour-propre de ses victimes. C’Ă©tait un des puissants ressorts de l’ingĂ©nierie sociale, comme l’argent, le pouvoir et le sexe.
”
p.151

Ne craignez rien, mais méfiez-vous !

“— Justement, quand on ne voit rien, ça devient suspect.
— Pardon ?
— En sĂ©curitĂ© informatique, si vous ne voyez rien, c’est que vous ne cherchez pas suffisamment. Tous les ordinateurs sont infectĂ©s. Ceux qui vous prĂ©tendent le contraire ne s’en sont pas encore rendu compte. Point barre.
”
p. 156

Pour finir : des entourloupes magistrales dans les derniers chapitres ; on ne se mĂ©fie jamais assez d’un romancier qui vous invite Ă  vous mĂ©fier !

Une premiĂšre Ă©dition d’Habemus Piratam avait Ă©tĂ© publiĂ©e chez Alma Ă©diteur en 2018. La rĂ©Ă©dition aux Forges de Vulcain est augmentĂ©e d’une postface Ă©difiante dans laquelle Pierre Raufast montre que les escroqueries de son cyberpirate qu’il avait imaginĂ©es entre 2015 et 2017 se sont presque toutes matĂ©rialisĂ©es Ă  travers le monde depuis 2018 : la rĂ©alitĂ© rejoint et dĂ©passe la fiction !

“Pour moi, le cybercrime est tout simplement le nouveau visage de la criminalitĂ© d’aujourd’hui, et a sa place, non plus dans les rĂ©cits d’anticipation, mais dans les romans (policiers ou non) comme n’importe quel autre crime. À l’heure oĂč notre sociĂ©tĂ© est de plus en plus numĂ©rique, oĂč nos dĂ©cisions sont dictĂ©es par des algorithmes, le piratage informatique devrait ĂȘtre considĂ©rĂ© comme la menace numĂ©ro une de chacun. Au-delĂ  du plaisir de lecture, j’espĂšre que ce roman permettra d’Ă©veiller les consciences et amĂ©liorera la vigilance des lecteurs.
Pierre Raufast
FĂ©vrier 2022
”
p. 227

Et aprĂšs ?

Sur Le blog de Pierre Raufast, l’auteur annonce pour 2023 une trilogie de science-fiction et affiche un compteur-dateur Ă  rebours : le premier tome paraĂźtra le 23 mars prochain (23032023
).

— Au fait : avez-vous bien pensĂ© Ă  changer le mot de passe administrateur par dĂ©faut sur votre box ADSL ? Et attention, dĂ©fiez-vous de votre podomĂštre connectĂ© !

Tilly Richard, lectrice pour le comité Hors Champ
Juillet 2022

Pierre Raufast, Habemus Piratam. Aux Forges de Vulcain, 2022