Vernon Subutex, 3

DESPENTES Virginie

Les aventures de Vernon Subutex, ancien disquaire devenu SDF, puis gourou involontaire d’un groupe rassemblé autour de lui, se poursuivent. Ses amis vivent notre époque cahin-caha, alternant moments d’angoisse collective et jours apaisés au sein de « convergences », fêtes musicales qu’ils créent en ouvrant leur communauté. Des événements récents – Charlie Hebdo, Notre-Dame-des-Landes ou encore Nuit Debout – se profilent en toile de fond.    Virginie Despentes (Vernon Subutex 2, NB septembre 2015) finalise sa trilogie sociale, feuilleton de la France contemporaine des années quatre-vingt à nos jours. Deux ans après le tome 2, on assiste à un état des lieux tragiquement objectif à travers l’évolution du groupe de marginaux alternatifs, qui vit à la fois d’espoir et de désillusions. Le décryptage de la société actuelle est amorcé sous la forme d’une galerie de personnages hétéroclite et détonante. La plume est incisive comme dans les deux premiers volumes. Si des longueurs génèrent des moments de lassitude, ils n’entachent pas cependant la vivacité d’écriture de la romancière. À l’image des protagonistes, on rebondit d’un événement à l’autre en alternant résignation et emportement, voire sidération. On referme le livre, à la fois perplexe et séduit. (F.G. et A.-M.D.)