Un bel immeuble

ARRIV√Č Michel

√Ä Montrouge, est Un bel immeuble aux nombreux appartements. Vers 1950, quinze familles, quarante personnages forment un cocasse puzzle : dames du rez-de-chauss√©e et leur neveu, couple de m√©decins, pipelettes, ados cach√©s dans les combles, mari rel√©gu√© dans une chambre de bonne… Sont-ils les h√©ros du nouveau livre d‚Äôun des habitants actuels, Jo√ęl Escrivant ? Les affres de ce dernier, retrait√© et ‚Äúgagne-petit de l’√©criture‚ÄĚ s‚Äôimbriquent dans les multiples r√©cits domestiques. Pass√© de la machine √† √©crire √† l’ordinateur qui lui supprime mots, lettres et signes, l‚Äô√©crivain contemporain s‚Äôinqui√®te du pouvoir de son nouvel outil sur l‚Äôimagination en panne.

 

Michel Arriv√© (Prix du premier roman en 1977 pour Les remembrances du vieillard idiot) serait-il r√™veur ou nostalgique de la disparition d‚Äôun certain art de vivre que son √©criture fait revivre, de la difficult√© √† cr√©er une oeuvre litt√©raire originale ? D√©tails et habitudes sont minutieusement relat√©s. Deux typographies diff√©rencient l’histoire d‚Äô√™tres en mal d’√©criture et celle du narrateur-√©crivain : ¬ę Roman d’un roman ¬Ľ, dit la page titre. Dommage, on se perd un peu dans les √©tages du 26 bis de la rue Pougens !