Tout conte fait. (Lucie ; 3.)

GRISSEAUX Véronique, CATEL

Il est une mode actuelle de la BD consistant √† d√©crire la vie, les tourments, les errements des jeunes de vingt-cinq/trente-cinq ans englu√©s dans cette p√©riode charni√®re qui les oblige √† quitter l’adolescence pour trouver la stabilit√© tant affective que sociale ou professionnelle. Lucie vient s’ajouter √† cette cohorte de jeunes h√©ro√Įnes sans prise sur leur vie (Cf. La funambule¬†; 2, N.B. juin 2004). R√™vant encore des contes de f√©es et de princes charmants, elle ne peut qu’√™tre √©ternellement d√©√ßue lorsque la routine laisse appara√ģtre les d√©fauts du compagnon auparavant si id√©alis√©. Elle, comme ses copines, naviguent d’une passade √† l’autre, narrent ¬†leurs √©tats d‚Äô√Ęme entre elles ou au psy. Seules de nouvelles aventures amoureuses semblent apporter quelque √©vasion √† une vie o√Ļ les enfants sont des boulets tiraill√©s dans des familles recompos√©es.

 

Le graphisme est moderne, tr√®s stylis√©, mais ces aventures, sans doute fort bien observ√©es, d‚Äôh√©ro√Įnes sans id√©al ne font pas forc√©ment sourire.