Surfeuses paradise.

GRUNDMANN Pierre

Melbourne. Dans leur banlieue dor√©e des lyc√©ennes s’ennuient, entre joints et vodka. Comme toutes les adolescentes, Nina et Danielle r√™vent de sauver le monde. Apr√®s un python, lib√©r√© par effraction de son terrarium, elles d√©cident de sauver Pete, un gar√ßon d√©pendant du jeu et couvert de dettes. Elles le renflouent gr√Ęce √† un ch√®que d√©tourn√©, avec l’espoir ing√©nu qu’il fasse sauter la banque et rembourse sa cr√©ance. Le mal n’est pas si grave mais, lorsqu’elles conviennent d’abandonner famille et lyc√©e pour rejoindre avec leur copain la mythique ¬ę¬†Gold Coast¬†¬Ľ, l’engrenage devient inexorable. √Ä Surfers Paradise, soleil, Pacifique et casinos ne sont qu’artifices cachant un monde de jeu, d’argent et de prostitution qui n’est pas le leur. Jusqu’√† la rencontre avec Sally, rien n’√©tait irr√©parable‚Ķ

D’un simple fait divers et du constat de l’adolescence en rupture parentale et environnementale, Pierre Grundmann tire une sorte de ¬ę¬†road movie¬†¬Ľ dans un paysage o√Ļ rien n’arr√™te le regard. Cette vacuit√© se retrouve h√©las dans le texte o√Ļ les dialogues, navrants, le disputent √† l’√©num√©ration fastidieuse de marques automobiles et de panneaux indicateurs.