Six fourmis blanches

COLLETTE Sandrine

Partis avec un guide pour un week-end de randonnĂ©e dans les montagnes albanaises, contrĂ©es isolĂ©es oĂč persistent croyances et rites ancestraux tels les sacrifices d’animaux, six Français peu aguerris voient peu Ă  peu leur virĂ©e tourner au cauchemar. DĂšs le deuxiĂšme jour, une tempĂȘte se dĂ©chaĂźne. C’est le dĂ©but de longues marches Ă©puisantes, jalonnĂ©es de dangers mortels et de dĂ©saccords avec leur Ă©trange mentor, homme Ă©nigmatique et force de la nature. S’en sortiront-ils ?  

D’emblĂ©e le style puissamment Ă©vocateur – poĂ©tique mĂȘme parfois – de Sandrine Collette et sa maĂźtrise du suspense (Des noeuds d’acier, NB mai 2013) empoignent, envoĂ»tent, suscitent une palette de sentiments contradictoires : Ă©merveillement devant la splendeur d’une nature sauvage, sentiment d’étrangetĂ©, d’irrĂ©alitĂ©, montĂ©e de la peur puis de la terreur au coeur de la montagne inhumaine, ennemie implacable. Avec un art consommĂ©, l’auteure joue avec les nerfs de ses personnages et de son lecteur dans un crescendo d’horreur qui semble ne pas vouloir prendre fin. Jusqu’à une rĂ©vĂ©lation inattendue qui relance encore le suspense. Remarquablement dĂ©crits, le froid, le brouillard, la neige, la solitude, les bruits, l’histoire du sacrificateur Ă©voquĂ©e en chapitres parallĂšles, exacerbent l’imagination des marcheurs. Un thriller, un vrai ! (B.V. et M.-N.P.)