Si on rentrait

LE NORMAND Véronique M.

Un voisin est trop envahissant. Une famille a du mal √† se faire accepter dans le quartier. Une femme adore se faire inviter chez les autres pour les vacances. Un homme s’appr√™te √† quitter sa compagne, amoureuse exclusive de la couleur blanche…

 

Ces dix nouvelles tournent autour de la maison, lieu d’ancrage, symbole familial ou objet de convoitise, et de la famille. Ce sont des tranches de vie contemporaines, r√©v√©lant les ombres des liens entre les individus, l’envie, la jalousie, les strat√©gies de pouvoir, les incompr√©hensions, mais aussi la fid√©lit√©, la capacit√© √† rebondir. Malgr√© leur finesse d’analyse, ces histoires ne captivent gu√®re : parfois trop de noms s√®ment la confusion, souvent un ennui poli s’invite. L’√©criture en litote et les chutes presque esquiv√©es demandent une lecture attentive pour √™tre savour√©es. Un livre tr√®s f√©minin.