Si je sors je me perds

RENARD Jean-Claude

Elle a aujourd’hui quatre-vingt-quinze ans, a toujours √©t√© pleine de dynamisme, m√™me si elle perd un peu la t√™te, et son petit-fils lui est tr√®s attach√©. C’est, en effet, l’histoire de sa grand-m√®re, tricotant avec le temps entre l’enfance, la jeunesse, la vieillesse, entre les rues du nord de Paris, les bancs de l’√©cole et surtout les recettes de cuisine. Tout est simple et plein d’allant.¬†¬†Jean-Claude Renard, pour son premier roman, √©crit la vie banale d’une femme issue d’un milieu populaire, qui refuse de se laisser prendre par la tristesse et fait face aux √©preuves de l’existence. Les habitudes du si√®cle pr√©c√©dent, au travers de l’√©cole, des amiti√©s, de la religion, des petits m√©tiers, n’auraient que peu d’int√©r√™t, mais c’est de la grand-m√®re du narrateur qu’il s’agit, et cela rend les personnages attachants. Le lecteur suit ce √©crit d’une plume alerte et parfois assez √©mouvante. (C.M. et D.C.)